La culture catholique

   
QU’EST-CE QU’UNE CULTURE CATHOLIQUE ? *


P. Philippe Capelle-Dumont
Président de l’Académie catholique de France

La question peut être entendue sous le mode de l’interrogation augustinienne : « Qu'est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; mais si on me le demande et que je veuille l'expliquer, je ne le sais plus. Pourtant, je le déclare hardiment, je sais que si rien ne passait, il n'y aurait pas de temps passé ; que si rien n'arrivait, il n'y aurait pas de temps à venir ; que si rien n'était, il n'y aurait pas de temps présent » (Saint Augustin, Confessiones Livre XI). Il faut en effet renverser les points de vue. Le catholicisme nous habite avant même que nous ne l’interrogions, nous environne avant même que nous n’allions vers lui, nous parle avant que nous en parlions. Telle est la situation paradoxale du catholicisme, par delà l’Occident, quand bien même certains annoncent sa disparition prochaine. Le véritable problème surgit lorsque l’on s’emploie à son objectivation : on comprend ainsi volontiers le catholicisme comme l’une « des religions du monde », voire comme « religion de la sortie de la religion » (Gauchet), mais on omet d’interroger sa qualification proprement « religieuse ». Reconduit aux motifs de l’expérience personnelle, on en oublierait sa rationalité  - non pas seulement sa cohérence interne – universelle et déployée comme telle. Le traitant comme un beau réservoir de valeurs, on en viendrait à biffer ce qui est pourtant placé au cœur de sa définition : sa puissance actuelle d’engendrement.

Lire la suite...

Histoire du christianisme

   L’irréductible spécificité historique du christianisme

Jean-Robert Armogathe, vice-président de l’Académie, directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes, vient de diriger, aux Presses Universitaires de France, deux gros volumes d’une Histoire générale du christianisme (en collaboration avec Michel-Yves Perrin, Pascal Montaubin et Yves-Marie Hilaire). Nous lui avons demandé quelques lignes sur la spécificité d’une histoire du christianisme.

Le christianisme n’apparaît pas seulement comme une constituante originale de l’histoire des civilisations ; dans cette histoire, il est partie prenante de l’histoire des idées, d’une manière telle que son omission décapite toute tentative pour rendre compte du développement historique de la pensée, des mœurs, des sciences, des lettres et des arts.

Lire la suite...